Guide pour les professionnels de la santé œuvrant
auprès des familles immigrantes et réfugiées

Le soutien de l’allaitement chez les mères immigrantes et réfugiées

Faits saillants

  • L’allaitement exclusif est un mode d’alimentation normal et sans équivalent chez le nourrisson pendant les six premiers mois de sa vie. Il est très rare que l’allaitement ne soit pas recommandé.
  • L’allaitement peut être poursuivi jusqu’à l’âge de deux ans et au-delà.
  • De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi les femmes n’allaitent pas ou ne poursuivent pas l’allaitement.
  • La raison la plus couramment évoquée pour ne pas allaiter, autant dans les pays développés que dans les pays en voie de développement, est la perception erronée selon laquelle le lait maternel ne comble pas les besoins des nourrissons (qualité et quantité). Avec de l’éducation, des conseils et du soutien, la plupart des femmes peuvent allaiter.
  • Les mères immigrantes sont plus susceptibles d’allaiter et de poursuivre l’allaitement que les mères nées au Canada.
  • Le fait de s’enquérir des pratiques et des croyances traditionnelles en matière d’alimentation des nourrissons et de soins prénataux peut aider les cliniciens à mieux comprendre les décisions des femmes en ce qui a trait à l’allaitement. De plus, cela peut aider les professionnels de la santé à élaborer des stratégies ciblées visant à encourager l’allaitement chez les femmes immigrantes et réfugiées.

Alimentation optimale

À l’échelle mondiale, les deux principales causes de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans sont la pneumonie et la diarrhée, affections que l’on associe également à la sous-alimentation. Toutefois, l’allaitement peut aider à prévenir ces deux affections.1 La composition unique et complexe du lait maternel comprend des anticorps spécifiques de la mère et d’autres facteurs bioactifs, comme des immunoglobulines anti-infectieuses et des globules blancs.2 On a également associé l’allaitement à une réduction du risque de syndrome de mort subite du nourrisson.3

Par ailleurs, l’allaitement est bon pour les mères,4 puisqu’il contribue à réduire le risque de cancer du sein préménopausique,5 de cancer de l’ovaire, de conservation du poids pris pendant la grossesse, de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.6,7,8

Les multiples bienfaits de l’allaitement pour les mères et les bébés sont expliqués en détail dans La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations de la naissance à six mois, un énoncé conjoint de Santé Canada, de la Société canadienne de pédiatrie (SCP), des Diététistes du Canada et du Comité canadien pour l’allaitement, mis à jour en 2012.

L’allaitement exclusif est un mode d’alimentation normal et sans équivalent recommandé pendant les six premiers mois de la vie pour les nourrissons nés à terme et en santé.9.10

Les bébés nourris par allaitement exclusif ou partiel devraient recevoir des suppléments de vitamine D jusqu’à l’âge d’un an.9,11 Ce supplément est particulièrement important chez les mères et les bébés à la peau foncée, qui sont plus susceptibles de souffrir d’une carence en vitamine D, en particulier s’ils vivent dans le Nord canadien, où le climat limite la production endogène de vitamine D. Par ailleurs, la SCP a formulé ses propres recommandations sur les suppléments de vitamine D.

Vers l’âge de six mois, les bébés peuvent commencer à manger leurs premiers aliments nutritifs et riches en fer tout en continuant de boire au sein. D’après le Guide alimentaire canadien, les premiers aliments peuvent comprendre de la viande, des substituts de viande et des céréales enrichies de fer. Le bon moment pour introduire des aliments complémentaires dans l’alimentation du nourrisson dépend également des signes qu’il est prêt, qui peuvent se manifester quelques semaines avant ou après l’âge de six mois.9

Les mères peuvent continuer d’allaiter leur enfant tout en lui donnant des aliments nutritifs jusqu’à l’âge de deux ans ou au-delà.

Taux d’allaitement chez les femmes immigrantes et réfugiées

D’après le sondage de 2010 mené par le Bureau de santé publique de Toronto et par l’Access Alliance, les mères néo-canadiennes (celles qui vivent au Canada depuis cinq ans ou moins) sont 1,6 fois plus susceptibles que les mères nées au Canada de poursuivre l’allaitement jusqu’à l’âge de six mois. Bien que la majorité des nouvelles mères canadiennes adoptent l’allaitement, seule une minorité d’entre elles (environ le quart) poursuivent l’allaitement exclusif pendant six mois. Pour en savoir plus sur les tendances dans les pratiques relatives à l’allaitement au Canada, consultez l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

À l’échelle mondiale, dans les pays en voie de développement et dans ceux qui présentent un Indice du développement humain (IDH) de faible à moyen, les taux d’allaitement prolongé sont généralement plus élevés qu’au Canada. Cette information peut aider les cliniciens à encourager les mères néo-canadiennes à poursuivre l’allaitement.

Figure 1 : Pourcentage de bébés exclusivement allaités jusqu’à l’âge de six mois, par région, 2000-2006.

Pourcentage de bébés exclusivement allaités jusqu’à l’âge de six mois, par région

Sources : Adapté de Progrès pour les enfants : Un monde digne des enfants, bilan statistique, OMD 1: Réduire l’extrême pauvreté et la faim, 2007. *Le taux pour le Canada provient de Santé Canada, Durée de l’allaitement exclusif au Canada : statistiques et graphiques clés (2009-2010).

 

Raisons courantes de ne pas allaiter

La décision d’allaiter peut dépendre de nombreux facteurs :

  • Facteurs individuels et familiaux, comme l’environnement de la mère et du bébé, les expériences antérieures d’allaitement, le soutien du conjoint, l’influence des autres membres de la famille (en particulier les grands-mères et les conjoints);
  • Facteurs sociaux, par exemple la perception de l’allaitement comme étant « normal » ou non, l’existence d’espaces prévus pour les mères qui allaitent et l’existence d’un soutien dans leur milieu de travail.

Une raison courante de ne pas allaiter ou poursuivre l’allaitement, autant dans les pays développés que dans les pays en voie de développement, est la perception erronée selon laquelle la quantité de lait maternel ou sa qualité ne comblent pas les besoins des nourrissons.

Voici d’autres raisons courantes qui expliquent pourquoi certaines mères n’allaitent pas :

  • Crainte que le lait maternel ne comble pas les besoins nutritionnels du bébé.
  • Crainte que l’allaitement soit difficile ou douloureux.
  • Maladie ou mauvais état de santé de la mère.
  • Conviction que l’ajout précoce de suppléments est nécessaire. L’habitude de donner de l’eau aux nourrissons et aux jeunes bébés est répandue dans de nombreuses régions du monde.
  • Croyances et traditions culturelles. Par exemple, les femmes bédouines prennent une période de repos de 40 jours après avoir accouché. La durée de l’allaitement dépend de l’aide dont elles disposent durant cette période.
  • La pression exercée sur les mères pour qu’elles s’occupent d’autres membres de la famille, qui est importante dans certaines cultures et qui peut engendrer des problèmes d’organisation et des contraintes de temps les empêchant d’allaiter.
  • Confiance en des publicités trompeuses qui affirment que les substituts de lait maternel sont de qualité équivalente au lait maternel.
  • Timidité, gêne ou crainte d’allaiter dans des lieux publics.
  • Manque de renseignements sur l’allaitement ou de services de soutien, comme une conseillère en allaitement, dans leur langue.13

Selon certaines études, les femmes sont moins susceptibles d’allaiter si elles accouchent dans un hôpital qui n’encourage pas l’allaitement, qui ne donne pas d’information ou d’aide sur le sujet ou qui fournit des échantillons de préparation pour remplacer le lait maternel.14

L’allaitement est économique pour les familles : il permet d’éviter d’avoir à acheter de la préparation pour nourrissons et aide à prévenir les maladies infantiles, ce qui mène à des économies en coûts de médicaments et à une réduction des absences au travail. Cependant, pour les parents néo-canadiens, les pressions économiques peuvent jouer un rôle dans la décision de ne pas recourir à l’allaitement. En effet, il est possible que ces parents ne soient pas admissibles au congé de maternité ou au congé parental avec l’assurance-emploi. De plus, il se peut que les deux parents doivent travailler pour arriver financièrement. Il y a même des mères qui cherchent un emploi pendant leur grossesse ou peu après leur accouchement. De plus, certaines femmes de faible statut socio-économique occupent des emplois dont les horaires, les exigences de transport et d’autres facteurs compliquent l’allaitement régulier ou l’extraction du lait maternel.13 Enfin, il se peut que les mères néo-canadiennes n’aient pas de membres de la famille élargie qui habitent près de chez elles et qui peuvent leur prêter main-forte.

Le fait de connaître ces réalités peut aider les cliniciens à soutenir les familles néo-canadiennes. Des études ont démontré que dans les ménages d’immigrants qui vivent de l’insécurité alimentaire, les nourrissons allaités sont en meilleure santé, sont moins souvent hospitalisés et ont une meilleure croissance que ceux nourris au biberon, en plus de bénéficier d’une meilleure protection contre l’embonpoint et l’obésité.15

Pas de repos malgré la fatigue

Une mère vietnamienne accouche d’un nourrisson à terme et décide de le nourrir avec une préparation parce qu’elle doit retourner au travail et craint de ne pas produire assez de lait pour pouvoir l’allaiter. Vous lui demandez quelles sont les pratiques traditionnelles de son pays relativement à la grossesse et à l’accouchement.

Elle décrit la théorie de la santé am/duong du Vietnam, équivalente au principe chinois du yin/yang. Pendant la grossesse et après la naissance, ces pratiques traditionnelles visent le rétablissement de l’équilibre du chaud et du froid dans le corps.

Au Vietnam, une période de 100 jours permet à la mère de se reposer, de retrouver son « énergie vitale », de recevoir un soutien émotif et familial de sa mère ou d’autres femmes de la famille et d’exécuter les rituels de protection postnatale pour sa santé. Cela empêche un « refroidissement » excessif du corps de la mère et assure la fraîcheur, l’abondance et le caractère nutritif du lait maternel pour le bébé.

Toutefois, la mère ne peut prendre cette période de repos, puisqu’elle doit retourner au travail sous peu et qu’elle vit au Canada, loin de sa famille. Elle croit que sa santé ainsi que la qualité et la quantité de son lait seront compromises.16

Points d’apprentissage

  • Les vraies raisons qui expliquent pourquoi la mère n’allaite pas sont souvent plus complexes que ne le suggèrent les réponses initiales.
  • Dans la plupart des cultures, le soutien émotif et familial est important pendant la période postnatale.
  • Le fait de comprendre les motifs pour lesquels la mère n’allaite pas peut aider le professionnel de la santé à élaborer des stratégies plus efficaces et ciblées pour favoriser l’allaitement.

Ajout précoce de suppléments

L’allaitement exclusif signifie que le bébé ne boit que du lait maternel et aucune autre boisson, pas même de l’eau.10 Le lait maternel comble tous les besoins nutritionnels du bébé. Seuls les suppléments de vitamines et de minéraux sous forme de gouttes ou de sirop et les solutions de réhydratation orale font exception à la règle.9 Ainsi, les bébés allaités devraient recevoir des suppléments de vitamine D en gouttes.

L’utilisation d’autres aliments ou liquides en guise de suppléments peut nuire au succès de l’allaitement. En effet, on a associé l’ajout précoce de suppléments au sevrage précoce et à une augmentation du risque d’insuffisance de lait maternel.17,18

Les aliments couramment utilisés en guise de suppléments varient d’un pays à l’autre et comprennent :

  • du riz, des bananes écrasées et du gruau liquide, en Indonésie;
  • du glucose mélangé à des céréales en boîte ou une bouillie faite à partir de semoule de maïs, au Kenya;
  • des fines herbes mélangées à du lait de vache « pour prévenir les maux d’estomac ou assurer la croissance de l’enfant », au Mali;19
  • des gouttes à base de plantes locales (janamghuit) données aux nourrissons d’environ un mois pour « nettoyer leur estomac et… éliminer le contenu non nécessaire en provoquant le vomissement », au Népal;12
  • une bouillie de maïs ou de millet dilué, dans des pays d’Afrique.

Les liquides (y compris l’eau) peuvent donner au bébé une impression de satiété, et les aliments solides peuvent être plus difficiles à digérer, ce qui fait que le bébé se sentira trop mal pour boire au sein. Les bébés qui reçoivent des liquides et des aliments complémentaires durant leurs premiers mois boivent au sein moins longtemps et tètent moins intensément; par conséquent, la stimulation de la production de lait par les seins de la mère est moins efficace.

Dans quels cas l’allaitement est-il déconseillé?

Rares sont les cas où l’allaitement est déconseillé ou limité.20 La plupart des médicaments sont sûrs pendant la période d’allaitement, ou il existe une solution de rechange sécuritaire pour la mère allaitante. De plus, les mères qui allaitent et leur bébé peuvent tous deux recevoir les vaccins recommandés.20 Si l’allaitement est interrompu, les mères devraient être encouragées à extraire le lait maternel manuellement ou avec un tire-lait pour les aider à maintenir leur production de lait.

  • Infection au VIH : L’allaitement chez les femmes infectées par le VIH est contre-indiqué au Canada et dans d’autres pays développés.
  • Virus lymphotropique T humain (HTLV-1, HTLV-2) : L’allaitement est contre-indiqué.
  • Virus de l’herpès simplex (VHS-1, VHS-2) : La poursuite de l’allaitement est à encourager, sauf si les seins de la mère présentent des lésions. Expliquez qu’il faut éviter le contact peau à peau ou l’allaitement avec un sein présentant des lésions. La mère peut exprimer et jeter le lait provenant du sein infecté et continuer d’allaiter avec l’autre sein jusqu’à ce que le sein ait cicatrisé (formation d’une croûte).
  • Mastite ou abcès du sein : Dites à la mère de continuer d’allaiter, sauf s’il y a du pus visible, auquel cas elle devrait exprimer et jeter le lait provenant du sein infecté et continuer d’allaiter avec l’autre sein. Une antibiothérapie peut s’avérer nécessaire pour accélérer la guérison.
  • Tuberculose : La tuberculose se transmet principalement par des microorganismes en suspension dans l’air. Si la mère souffre d’une tuberculose évolutive, retardez l’allaitement jusqu’à ce que la mère ait reçu deux semaines de traitement antituberculeux. Administrez un traitement prophylactique au nourrisson.
  • Médicaments pour la mère : Les médicaments qui sont contre-indiqués ou qui devraient être utilisés avec prudence durant l’allaitement maternel comprennent : les antinéoplasiques et les immunosuppresseurs, les alcaloïdes de l’ergot, l’or, l’iode, le carbonate de lithium et les produits radiopharmaceutiques. Chez les mères souffrant d’un déficit en G6PD (maladie récessive liée au chromosome X plus courante chez les personnes d’origine afro-américaine et méditerranéenne), la primaquine et la quinine sont contre-indiquées pendant la période d’allaitement. Le triméthoprime, le sulfaméthoxazole, le sulfisoxazole et la dapsone devraient également être utilisés avec prudence si le nourrisson allaité souffre d’une jaunisse ou d’un déficit connu en G6PD, et s’il est malade, stressé ou né prématurément. Pour en savoir plus sur les mises en garde et les contre-indications, consultez le site Web de la Société canadienne de pédiatrie et de Motherisk (en anglais seulement).

Infection maternelle à VIH

L’allaitement chez les femmes infectées au VIH devrait dépendre en partie de l’endroit où elles vivent.

  • Dans les milieux aux ressources limitées, comme dans certains pays en voie de développement : L’Organisation mondiale de la Santé (en anglais seulement) recommande que les femmes ou leurs nourrissons positifs au VIH prennent des antirétroviraux tout au long de la période d’allaitement, jusqu’à ce que le bébé ait 12 mois. Le nourrisson peut profiter des bienfaits de l’allaitement et court très peu de risques de contracter l’infection au VIH.21 La SCP appuie cette recommandation.20
  • Dans les milieux riches en ressources comme le Canada : Dans les milieux où des produits de remplacement sans risque et culturellement acceptés sont disponibles, l’allaitement n’est pas recommandé par la SCP, parce que la transmission du VIH au nourrisson est bien documentée.

Encourager l’allaitement

Les professionnels de la santé doivent appuyer le choix des mères en ce qui concerne l’alimentation de leur nourrisson. L’allaitement, qui constitue le choix le plus sain pour la mère et pour l’enfant, devrait être considéré comme le mode d’alimentation normal chez le nourrisson et par conséquent, devrait être appuyé et encouragé. Il a été démontré que les changements apportés aux pratiques de soins de maternité, comme l’Initiative Amis des bébés et la « cohabitation » des dyades mère-bébé dans les hôpitaux et les centres de naissance, augmentent le taux d’initiation et la durée de l’allaitement.

Voici quelques suggestions pour aider à créer un environnement favorisant l’allaitement :

Conseils pour les praticiens

Dans votre pratique

  • Posez des questions actives et dépourvues de préjugés pour en savoir plus sur les pratiques en matière d’alimentation du nourrisson et montrez du respect à l’égard des pratiques et des traditions culturelles. Déterminez les plans de la mère et les raisons de ses choix en matière d’alimentation du nourrisson et prenez en considération les obstacles particuliers liés au travail et aux contraintes de temps. Apprenez-en plus sur la prestation de soins adaptés à la culture.
  • Informez-vous au sujet des pratiques en matière d’ajout précoce de suppléments ayant cours dans la région d’origine des parents.
  • Essayez d’obtenir l’appui des autres membres de la famille. Dans certaines cultures, les autres membres de la famille peuvent jouer un rôle important dans les décisions relatives à l’alimentation du nourrisson.13 Apprenez-en plus sur l’influence de la culture sur la prise de décision.
  • Communiquez les renseignements et les directives dans la langue de la mère, si possible. Faites appel à un interprète professionnel s’il existe une barrière linguistique.
  • Approfondissez vos connaissances sur les principes et la gestion de la lactation et de l’allaitement. Par exemple, suivez un cours de formation ou collaborez avec une conseillère en allaitement.
  • Développez les compétences nécessaires pour évaluer l’efficacité de l’allaitement et gérer les différents problèmes de lactation. Voici des exemples de facteurs à évaluer : la bonne saisie et le bon positionnement du bébé; l’hydratation, l’évacuation normale des selles, la jaunisse et la prise de poids.
  • Respectez le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, en particulier les dispositions visant à limiter la commercialisation et la distribution de ce type de produit aux femmes enceintes et aux nouvelles mères.

Dans les hôpitaux et les collectivités

  • Appuyez la formation et l’éducation des professionnels de la santé, nouveaux ou expérimentés, en matière d’allaitement et de lactation.
  • Faites la promotion des politiques qui sont compatibles avec les dix conditions pour le succès de l’allaitement (en anglais seulement) de l’OMS et l’UNICEF dans les hôpitaux et les cabinets de médecins.
  • Encouragez la collaboration avec d’autres professionnels de la santé pour élaborer des programmes efficaces de soutien à l’allaitement.
  • Collaborez avec des professionnels de la santé et des conseillères en allaitement certifiées œuvrant en milieu communautaire en vue d’offrir un soutien à l’allaitement complet et uniforme. Pensez par exemple aux bureaux de santé publique, aux cliniques d’allaitement, aux centres de soutien à l’allaitement maternel, aux programmes de soutien téléphonique par les pairs, aux conseillères en allaitement, à la Ligue La Leche, aux haltes-accueils « parents-bébé », etc.
  • Parlez de l’allaitement maternel comme étant la norme en matière d’alimentation du nourrisson : placez des affiches et des documents d’information non commerciaux à des endroits très visibles dans votre bureau ou clinique; évaluez les pratiques de vos établissements de soins obstétricaux, de vos bureaux et des collectivités; favorisez les changements aux pratiques ne respectant pas l’Initiative Amis des bébés. Ne distribuez pas d’échantillons gratuits de préparation pour nourrissons.

Conseils pour les collectivités

Il existe des politiques publiques qui appuient l’allaitement. En voici quelques exemples :

  • l’accès à des conseils en matière d’allaitement (p. ex., une infirmière en santé publique, une conseillère en allaitement) pour régler les problèmes liés à l’allaitement;
  • le soutien en milieu de travail, par exemple une pièce privée pour l’allaitement et l’extraction du lait maternel et un endroit pour conserver le lait maternel de façon sécuritaire;
  • les endroits publics réservés aux mères qui allaitent afin d’assurer leur confort et leur intimité.

Quelques ressources

Documentation

Ressources en ligne

DVD et vidéos

BreastFeeding Inc.

Références

  1. Kramer, M. S., Kakuma, R. « The optimal duration of exclusive breastfeeding: A systematic review » (ISBN: WHO/NHD/01.08, WHO/FCH/CAH/01.23), Genève, Organisation mondiale de la Santé, 2002.
  2. Riordan, J., Wambach, K. Breastfeeding and Human Lactation, 4e éd., Sudbury, Massachusetts, Jones and Bartlett, 2010.
  3. Venneman, MM, Bajanowski, T, Brinkmann, B, et coll. Does breastfeeding reduce the risk of sudden infant death syndrome? Pediatrics 2009;123(3):e406-10.
  4. Steube, A. « The risks of not breastfeeding for mothers and infants », Rev Obstet Gynecol 2009;2(4):222-31.
  5. Akbari, A., Razzaghi, Z, Homaee F, et coll. Parity and breastfeeding are preventive measures against breast cancer in Iranian women. Breast Cancer 2011;18(1):51-5.
  6. Stuebe, AM, Rich-Edwards, JW, Willett, WC, et coll. Duration of lactation and incidence of type 2 diabetes. JAMA 2005;294(20):2601-10.
  7. Jordan SJ, Cushing-Haugen KL, Wicklund KG et coll. Breast-feeding and risk of epithelial ovarian cancer, Cancer Causes Control 2012;23(6):919-27.
  8. Grummer-Strawn LM, Shealy KR, Perrine CG, et coll. Maternity care practices that support breastfeeding: CDC efforts to encourage quality improvement, J Womens Health (Larchmt) 2013;22(2):107-12.
  9. Santé Canada, Société Canadienne de pédiatrie, Les diététistes du Canada, Comité Canadien pour l'allaitement. La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations de la naissance à six mois, Groupe de travail conjoint sur l’alimentation du nourrisson, 2012.
  10. OMS. Allaitement au sein exclusif, 2008.
  11. Société Canadienne de pédiatrie, Comité de la santé des Premières nations, des Inuits et des Métis. Les suppléments de vitamine D : Recommandations pour les mères et leur nourrisson au Canada, Paediatr Child Health 2007;12(7):583-9.
  12. Ulak, M., R. K. Chandyo, L. Mellander et coll. Infant feeding practices in Bhaktapur, Nepal: a cross-sectional, health facility based survey, Int Breastfeed J 2012;7(1):1.
  13. American Academy of Family Physicians. Breastfeeding, Family Physicians Supporting (Position Paper), 2008.
  14. Société Canadienne de pédiatrie, Comité de nutrition et de gastroentérologie, Section de la pédiatrie hospitalière. L’Initiative Amis des bébés : protéger, promouvoir et soutenir l’allaitement, Paediatr Child Health 2012;17(6):317-21.
  15. Neault, N., D. Frank, A. Merewood et coll. Breastfeeding and health outcomes among citizen infants of immigrant mothers, J Am Diet Assoc 2007;107(12):2077-86.
  16. Groleau, D., M. Soulière, L. J. Kirmayer. Breastfeeding and the cultural configuration of social space among Vietnamese immigrant woman, Health Place 2006;12(4):516-26.
  17. Martines, J. C., M. Rea, I. De Zoysa. Breastfeeding in the first six months, BMJ 1992;304(6834):1068-9.
  18. Hill, P. D., S. S. Humenick, M. L. Brennan et coll. « Does early supplementation affect long-term breastfeeding? », Clin Pediatre 1997;36(6)345-50.
  19. Castle, S. Intra-household variation in illness management and child care in rural Mali, thèse de doctorat, Center for Population Studies, London School of Hygiene and Tropical Medicine, 1992.
  20. Société Canadienne de pédiatrie, Comité des maladies infectieuses et d’immunisation. « Maternal infectious diseases, antimicrobial therapy or immunizations: Very few contraindications to breastfeeding » (Addenda, juin 2011), Paediatr Child Health 2006;11(8):489-91.
  21. Organisation modiale de la santé, Guidelines on HIV and infant feeding 2010: Principles and recommendations for infant feeding in the context of HIV and a summary of evidence.

Autres ouvrages consultés

  • American Academy of Pediatrics. « Breastfeeding and the use of human milk – Section on Breastfeeding », Pediatrics 2012;129(3):e827-e841.
  • Arabi, M., E. A. Frongillo, R. Avula et coll. « Infant and young child feeding in developing countries », Child Dev 2012;83(1):32-45.
  • Bartick, M., A. Stuebe, K. R. Shealy et coll. « Closing the quality gap: Promoting evidence-based breastfeeding care in the hospital », Pediatrics 2009;124(4):e793-e802.
  • Choudry, K., L. M. Wallace. « ‘Breast is not always best’: South Asian women’s experiences of infant feeding in the UK within an acculturation framework », Matern Child Nutr 2012;8(1):72-87.
  • Société Canadienne de pédiatrie, Comité de la pédiatrie communautaire. Le sevrage de l'allaitement. Paediatr Child Health 2013;18(4):210.
  • Digirolamo, A. M., L. M. Grummer-Strawn, S. B. Fein. « Effect of maternity-care practices on breastfeeding », Pediatrics 2008;122(Suppl 2):S43-9.
  • Digirolamo, A. M., L. M.Grummer-Strawn, S. B. Fein. « Maternity care practices: implications for breastfeeding », Birth 2001;28(2):94-100.
  • Dillon, J. C., P. Impert. « L’allaitement maternel dans les pays en développement évolution et recommandations actuelles », Med Trop 2003;63:400-6.
  • Hurley, K. M., M. M. Black, M. A. Papas et coll. « Variation in breastfeeding behaviours, perceptions, and experiences by race/ethnicity among a low-income statewide sample of Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children (WIC) participants in the United States », Matern Child Nutr 2008;4(2):95-105.
  • Obermeyer, C. M., S. Castle. « Back to nature? Historical and cross-cultural perspectives on barriers to optimal breastfeeding », Med Anthropol 1996;17(1):39-63.
  • OMS. Données scientifiques relatives aux dix conditions pour le succès de l’allaitement.
  • Organisation de coopération et développement économique (OCDE), La base de données de l’OCDE sur la famille. CO1.5: Taux d’allaitement au sein (en anglais seulement).
  • OMS « Baby-Friendly hospital initiative », révisé, mis à jour et adapté aux soins intégrés.
  • Société Canadienne de pédiatrie, Comité de la pédiatrie communautaire. « Le sevrage de l’allaitement ». Paediatr Child Health 2013;18(4):211.
  • UNICEF UK, The Baby-Friendly Initiative. « Does Breastfeeding Reduce the Risk of SIDS? ».
  • UNICEF. Allaitement – Impact sur la survie de l’enfant et situation mondiale.
  • Zhou, Q., K. M. Younger, J. M. Kearney. « An exploration of the knowledge and attitudes towards breastfeeding among a sample of Chinese mothers in Ireland », BMC Public Health 2010;23(10):722.

 

Éditeurs scientifiques

  • Danielle Grenier, MD
  • Julie Bailon-Poujol, MD
  • Élisabeth Rousseau Harsany, MD

Mise à jour : juin 2014

http://www.enfantsneocanadiens.ca/health-promotion/breastfeeding
© 2017 Société canadienne de pédiatrie.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité | Plan du site

Les soins aux enfants néo-canadiens est une ressource destinée aux professionnels de la santé. L'information qui y figure ne remplace pas les conseils d'un médecin ni n'est indicatrice d'un seul mode de traitement ou d'intervention. Des variations peuvent convenir, compte tenu de la situation du patient.

haut de page