Guide pour les professionnels de la santé œuvrant
auprès des familles immigrantes et réfugiées

Les facteurs de risque prénatals de retard de développement chez l’enfant nouvellement arrivé au Canada

Faits saillants

  • Une seule personne peut présenter un ou plusieurs troubles du développement. Ces troubles peuvent prendre la forme de problèmes cognitifs ou sensoriels, de problèmes sociaux ou de difficultés de la communication ou du langage, d’une atteinte motrice, d’un retard adaptatif ou d’un mélange de ces divers problèmes.
  • De 10 % à 20 % de la population mondiale présentent un trouble du développement.
  • Les facteurs de risque prénatals incluent une maladie chronique de la mère, certaines infections de la mère, l’exposition aux toxines et les carences nutritionnelles.
  • Les facteurs de risque pendant la période périnatale incluent les complications liées à la grossesse, la prématurité et le faible poids à la naissance, ainsi que l’exposition aux infections pendant la grossesse ou au moment de la naissance.
  • L’absence d’accès à des soins de qualité pendant la grossesse ou l’accouchement et peu après la naissance peuvent nuire considérablement aux résultats cliniques chez la mère et l’enfant et contribuer à des troubles du développement.
  • Le manque de soins à la mère et à l’enfant constitue un problème important dans les pays en développement. De même, l’absence d’assurance-maladie et l’accès inadéquat aux soins pour les nouveaux arrivants au Canada pourraient également nuire à la santé.

Les causes des troubles du développement

Les troubles du développement peuvent prendre la forme de problèmes cognitifs ou sensoriels, de problèmes sociaux ou de difficultés de la communication ou du langage, d’une atteinte motrice, d’un retard adaptatif ou d’un mélange de ces divers problèmes. Selon le Disease Control Priorities Project, de 10 % à 20 % de la population mondiale présentent un trouble du développement.1 Aux États-Unis seulement, on estime que 9 % des enfants de moins de 36 mois ont un trouble du développement,2 tandis que 13,87 % de ceux de trois à 17 ans en ont un.3

Les dispensateurs de soins qui voient des familles de nouveaux arrivants jouent un rôle central dans le dépistage et le traitement rapide des troubles du développement. En qualité de défenseurs des intérêts des enfants ou des familles, ils communiquent non seulement avec les membres de la famille, mais également avec les services de santé connexes, y compris les programmes et les services de soutien communautaires. Consultez les modules intitulés Le développement de l’enfant : enjeux et évaluation et Ressources communautaires à l’intention des familles immigrantes et réfugiées pour obtenir des liens vers des agences et services provinciaux et territoriaux de soutien en première ligne.

Les troubles du développement peuvent durer toute la vie, mais leur dépistage précoce, un diagnostic rapide et un plan de traitement adapté peuvent faire toute la différence pour les enfants et les familles touchés. Les médecins qui examinent une famille de nouveaux arrivants doivent se rappeler que les facteurs de risque sont cumulatifs. Dans bien des parties du monde, des conditions d’hygiène et des soins sous-optimaux pendant la grossesse et l’accouchement peuvent avoir toute une série de répercussions sur la santé développementale.

  • Envisagez tout le spectre possible : les risques courants dans les pays en développement, propres au pays d’origine de la famille et propres à l’ethnie ou à la famille même.
  • Soyez prêt à faire face à diverses attitudes vis-à-vis des troubles du développement. Un module du présent site traite des perspectives culturelles vis-à-vis des troubles du développement.
  • Une réponse rapide et sensible aux premiers signes de troubles du développement et une intervention opportune amélioreront le développement clinique de l’enfant et l’adaptation de la famille à la situation.

On ne peut pas toujours déterminer la cause des troubles du développement chez les enfants immigrants et réfugiés. Les facteurs de risque prénatals et périnatals courants à envisager lors de l’évaluation des antécédents du patient et de sa famille sont exposés dans le présent module. Un autre module du présent site traite de l’information et des approches à privilégier pour obtenir des antécédents adaptés à la culture du patient.

Les facteurs de risque prénatals s’établissent comme suit :

  • Les facteurs préconceptionnels
  • Les infections
  • L’exposition aux toxines
  • Les maladies chroniques de la mère
  • Les carences nutritionnelles de la mère

Les causes périnatales peuvent inclure les éléments suivants :

  • Les complications liées à la grossesse
  • Les infections
  • L’allo-immunisation fœtomaternelle
  • La prématurité et le petit poids à la naissance

Les facteurs de risque prénatals

Les facteurs préconceptionnels

Les causes préconceptionnelles de trouble du développement sont principalement liées à des troubles génétiques ou à des syndromes malformatifs. La plupart du temps, les troubles génétiques sont responsables d’un retard intellectuel ou d’autres troubles et incluent les troubles monogéniques, les troubles multifactoriels et polygéniques ainsi que les anomalies chromosomiques. Les troubles génétiques associés à un retard du développement comprennent les aneuploïdies et les erreurs innées du métabolisme. La consanguinité accroît la prévalence de troubles génétiques rares et augmente de manière significative le retard intellectuel et les graves anomalies congénitales, notamment chez les enfants de cousins du premier degré. Certaines communautés ethniques (p. ex., Juifs ashkenazes) ont une prévalence plus élevée de mutations génétiques rares et d’anomalies congénitales qui ont une incidence sur le développement.4

Les causes de retard intellectuel sont réparties dans les catégories suivantes, suivies de leur prévalence :1

  • Anomalies chromosomiques (30 %)
  • Malformations du système nerveux central (10 % à 15 %)
  • Syndromes d’anomalies congénitales multiples (4 % à 5 %)
  • Problème métabolique (3 % à 5 %)
  • Problème acquis (15 % à 20 %)
  • Cause inconnue (25 % à 38 %)

Les infections prénatales

Lorsqu’ils prennent les antécédents médicaux d’un enfant récemment arrivé au Canada qui manifeste des signes de trouble du développement, les dispensateurs de soins doivent envisager les infections présentées dans les prochains paragraphes et procéder aux tests de dépistage nécessaires. Les femmes enceintes qui viennent d’arriver au Canada doivent subir des tests de dépistage du VIH, de la syphilis et de la rubéole. Les résultats des tests doivent être transmis au dispensateur de soins du nourrisson.

Le VIH

Les enfants de moins de 14 ans subissent rarement le test de dépistage du VIH avant leur arrivée au Canada. Ils n’ont peut-être pas subi de test, même si leur mère était atteinte d’une infection diagnostiquée. L’infection par le VIH de la mère accroît le risque de prématurité et de petite taille par rapport à l’âge gestationnel. Ces deux effets s’associent à une augmentation du risque de mortalité et de retard du développement. Le VIH pénètre dans le système nerveux central de quelques jours à quelques semaines après l’exposition primaire. Le virus provoque des lésions neuronales et la mort des cellules, qui sont responsables d’une encéphalopathie progressive accompagnée d’une incapacité motrice, d’une microcéphalie et d’une atrophie cérébrale ainsi que de troubles cognitifs et du langage. Un module du présent site porte sur le VIH-sida chez les enfants nouveaux arrivants.

On ne connaît pas tout à fait les effets de l’exposition au VIH in utero qui ne provoque pas d’infection ou de l’exposition à un traitement antirétroviral périnatal. Des études préliminaires menées aux États-Unis et en Europe sont encourageantes, mais d’après d’autres études menées en Afrique subsaharienne et en Asie, une forte proportion des enfants exposés présente des indices de développement global inférieurs à ceux de la moyenne de la population en matière de langage et de comportement. Cependant, la santé sous-optimale de la mère, la malnutrition, une maladie concomitante et des charges virales élevées peuvent également nuire au potentiel développemental de l’enfant.5

Le cytomégalovirus

Dans les pays industrialisés, le cytomégalovirus (CMV) est la principale infection virale congénitale, sa prévalence globale s’élevant à 0,6 % de toutes les naissances vivantes.6 Ainsi, 10 % des nourrissons atteints présentent des signes d’infection dès la naissance et courent un risque important de séquelles neurologiques, telles qu’une surdité neurosensorielle (SNS), un retard intellectuel, une microcéphalie, des troubles convulsifs et une paralysie cérébrale. Le CMV est la principale cause non héréditaire de SNS, qui peut être évolutive, absente à la naissance, unilatérale ou bilatérale. Un autre module du présent site est consacré au dépistage de la surdité chez les enfants nouvellement arrivés au Canada. La perte d’audition et les troubles visuels peuvent s’observer chez un nourrisson qui n’a pas d’autres symptômes.

Le CMV est un herpèsvirus transmis par des contacts interpersonnels étroits avec la salive, le sang, les sécrétions génitales, l’urine ou le lait maternel. Une nouvelle infection ou une infection réactivée chez la mère peut entraîner une transmission maternofœtale en tout temps pendant la grossesse, mais le taux est plus élevé après une infection primaire.

Les souches du virus varient selon l’emplacement géographique. Ainsi, les taux de prévalence de l’infection sont plus élevés dans les populations d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie, et plus faibles dans celles d’Europe occidentale et des États-Unis. Le CMV est plus courant chez les personnes qui ne sont pas de race blanche et chez celles qui vivent dans la pauvreté.6

La toxoplasmose

La toxoplasmose congénitale, présente à un taux de 1,5 cas sur 1 000 naissances vivantes, est responsable de déficits neurocognitifs comme le retard intellectuel, les convulsions et l’atteinte visuelle causée par la choriorétinite. Le Toxoplasma gondii est un parasite et un pathogène d’origine alimentaire. L’infection humaine découle de l’ingestion ou de la manipulation de viande crue ou mal cuite qui renferme des kystes, du contact direct avec des chats infectés ou de la consommation d’aliments ou d’eau contaminés par des ovocytes (gamètes) provenant des excréments de chats infectés. Les taux d’infection sont plus élevés en Amérique du Sud, en Méditerranée orientale et dans certaines parties de l’Afrique.7

La rubéole

On estime que 110 000 cas de rubéole congénitale se déclarent chaque année dans le monde. La mère infectée pendant la grossesse transmet le virus de la rubéole au fœtus, ce qui peut entraîner la surdité, des cataractes congénitales, une microcéphalie, les convulsions et un retard intellectuel.

Pour éviter le syndrome de rubéole congénitale, il faut s’assurer que les femmes qui viennent d’arriver au Canada subissent un test de dépistage de la rubéole et se font vacciner avant de devenir enceintes.

Même si, à la fin de 2012, le vaccin contre la rubéole était administré systématiquement dans le cadre de programmes de vaccination de 134 pays, seuls 44 % de la cohorte de naissances étaient couverts, sans compter l’Afrique et l’Asie du Sud-Est.4,8

Figure 1. Pays où le vaccin contre la rubéole est administré, 2012

Source : Traduction autorisée par l’éditeur, tirée des estimations de couverture vaccinale, OMS/, révision 2012, mise à jour en juillet 2013. 194 États membres de l’OMS. Production de la carte : Vaccinations, vaccins et produits biologiques. Organisation mondiale de la santé. (www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/burden/vpd/surveillance_type/active/Rubella_map_schedule.jpg?ua=1, consulté le 12 juin 2014)

La syphilis

En 2008, on estimait que plus de 1,3 million de femmes enceintes avaient contracté la syphilis dans le monde et qu’une grande partie n’était pas traitée ou était traitée de manière inadéquate. La plupart des pays disposent de tests de dépistage anténatals de la syphilis, mais les taux de mise en œuvre sont extrêmement variables. En effet, on estime que 30 % des femmes enceintes d’Afrique subsaharienne subissent le test et sont traitées, par rapport à 70 % des femmes d’Europe.9 À l’instar de toutes les infections transmises sexuellement (ITS) qui sont évitables, la syphilis est liée au travail prématuré, à un petit poids à la naissance et au décès. La syphilis congénitale peut provoquer la surdité, la microcéphalie, un retard intellectuel et une atteinte visuelle attribuable à une kératite interstitielle.10

Les toxines prénatales

Le tabagisme

Le tabagisme de la mère pendant la grossesse accroît le risque de placenta praevia, de décollement placentaire et d’accouchement prématuré. Il est également néfaste pour la croissance du fœtus.

La consommation d’alcool

L’exposition à l’alcool in utero est la principale cause tératogène de troubles du développement, y compris la microcéphalie, les troubles cognitifs, les troubles d’apprentissage, le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité et les problèmes de comportement. Dans le monde entier, le syndrome d’alcoolisation fœtale touche environ 1,9 nourrisson sur 1 000 naissances vivantes.11 L’alcool est responsable de l’interruption de la production neuronale et d’une destruction secondaire, la migration défaillante des neurones entraînant une microcéphalie.

La consommation d’autres drogues ou de médicaments

L’exposition de la mère à d’autres toxines, y compris les drogues récréatives et certains médicaments (p. ex., acide valproïque, phénytoïne sodique, isotrétinoïne [AccutaneMC]), peut également être responsable de troubles du développement.

La phénylcétonurie

La phénylalanine, un acide aminé, est une neurotoxine pour le cerveau du fœtus en développement. Non traitée, la phénylcétonurie provoque un retard intellectuel, qu’elle se déclare chez la femme enceinte ou chez le nourrisson.

Les toxines dans l’environnement

L’exposition au plomb, au mercure et à des produits chimiques comme les biphényles polychlorés (BPC) et l’alcool sont responsables de 4 % à 5 % des retards intellectuels.12 La dose et le moment de l’exposition sont des variables qui contribuent à en prédire les résultats neurotoxiques.

Le plomb peut traverser le placenta dès 12 semaines de grossesse et s’accumuler dans les tissus du fœtus. Les femmes enceintes et les enfants absorbent jusqu’à 70 % du plomb qu’ils ingèrent, comparativement à 20 % dans la population générale. L’exposition naturelle provient du sol, mais la pollution, l’essence avec plomb, les produits pour la peinture, les pesticides et l’activité industrielle peuvent accroître les taux de plomb dans l’air, le sol et l’eau.12 Dans les pays en développement, les mesures de contrôle contre la pollution sont moins rigoureuses, et l’utilisation de vieille porcelaine et de certains médicaments traditionnels accroissent également l’exposition à des toxines comme le plomb. Un module du présent site porte sur l’exposition au plomb des enfants néo-canadiens.

Toutes les formes de mercure peuvent traverser le placenta et être transmises dans le sang du fœtus. Pendant la grossesse, la consommation d’espèces de poissons et de fruits de mer qui contiennent des quantités élevées de mercure est la principale cause d’empoisonnement par le mercure.12 D’autres expositions sont possibles dans les pays en développement (et les pays industrialisés) : l’exploitation des mines (particulièrement l’or), certains processus industriels, les usines de charbon et l’utilisation de produits qui contiennent du mercure. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fournit de l’information sur les effets du mercure sur la santé.

De grandes quantités d’arsenic sont présentes naturellement dans les eaux souterraines, qui peuvent contaminer l’eau utilisée pour la consommation, la préparation des aliments et l’irrigation des cultures. L’arsenic est également présent dans le sol. L’exposition prénatale s’associe à ces deux sources et peut provoquer un retard intellectuel et un retard du développement.12 L’OMS fournit de l’information détaillée sur les effets précoces et à long terme de l’arsenic sur la santé.

L’économie des pays en développement est lourdement tributaire de l’agriculture. L’utilisation et l’élimination de fertilisants et de pesticides sont de graves problèmes environnementaux. L’exposition chronique aux pesticides en milieu de travail, notamment dans les populations rurales pauvres, pose problème chez tous les travailleurs, mais est particulièrement dangereuse pour les femmes enceintes et les enfants qui travaillent et vivent près des régions où ces produits chimiques sont utilisés.13

L’exposition prénatale au pesticide connu sous le nom de DDT s’associe à des retards du neurodéveloppement pendant la petite enfance. Le DDT reste dans l’environnement pendant des années et s’accumule dans la chaîne alimentaire et les tissus adipeux des humains.14 En Afrique subsaharienne, où le contrôle du paludisme constitue un grave problème, le DDT est toujours utilisé. L’OMS fournit plus d’information sur le DDT, en anglais.

Capsule : déceler un trouble du développement

Un garçon de dix ans apparemment hyperactif arrive à votre bureau pour être évalué. La famille est arrivée d’Europe de l’Est à titre de réfugiée, et même si elle est installée au Canada depuis plus de six mois, ses membres parlent peu le français ou l’anglais. Il a été établi que le garçon dérange en classe, et on pense qu’il aurait un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité.

L’examen habituel révèle une acuité visuelle réduite de l’œil gauche et des troubles de la vision de l’œil droit. Cette constatation suscite un examen du fond de l’œil qui révèle une grave choriorétinite. Après avoir questionné les parents, le médecin découvre qu’à l’âge de deux ans, l’enfant a été traité pour une toxoplasmose pendant un mois.

Les examens de suivi confirment le diagnostic de toxoplasmose congénitale et un grave retard de développement de l’enfant, même dans sa langue maternelle.

Points d’apprentissage

  • Il faudrait évaluer l’acuité visuelle des immigrants et des réfugiés peu après leur arrivée.
  • De nombreux nouveaux arrivants au Canada ne maîtrisent pas assez le français ou l’anglais pour comprendre les questions d’ordre médical qui leur sont posées ou pour fournir des antécédents approfondis. Les interprètes jouent un rôle crucial pour contribuer à la communication.
  • Les déficiences visuelles et auditives peuvent masquer un trouble du développement, être confondues avec un tel trouble ou s’y ajouter. Plus d’information sur le dépistage de la surdité et le dépistage des troubles de la vue figure dans le présent site Web.

Les maladies chroniques de la mère

Des maladies comme le diabète, l’hypertension, les maladies rénales et les troubles auto-immuns s’associent à des complications de la grossesse qui peuvent avoir des effets indésirables sur le fœtus ou le nouveau-né.

Le diabète de la mère accroît le risque d’anomalies fœtales, de macrosomie (poids de naissance de plus de 4 000 grammes), de traumatismes obstétricaux et d’hypoglycémie à la naissance, qui peuvent tous nuire au développement clinique du nourrisson. L’hypertension, seule ou en association avec un trouble rénal ou auto-immun, peut provoquer une insuffisance placentaire et une insuffisance de la croissance fœtale.

Les carences nutritionnelles de la mère

Figure 2. Plus de la moitié des bébés de petit poids à la naissance habitent dans dix pays.

Nombre de nourrissons de moins de 2 500 grammes à la naissance (en milliers), 2008─2012

Source : Bases de données mondiales de l’UNICEF, 2014, d’après le MICS, le DHS et d’autres sondages représentatifs sur la scène nationale, 2008─2012, à l’exception de l’Inde. http://data.unicef.org/index.php?section=topics&suptopicid=59

Les anomalies congénitales du système nerveux central associées à la malnutrition sont plus fréquentes dans les populations et les pays pauvres en ressources. On estime que 94 % des graves anomalies congénitales se manifestent dans les pays à revenu moyen ou faible, où les mères sont plus vulnérables à la malnutrition de macronutriments et de micronutriments. Ce facteur de risque de trouble du développement peut également s’associer à une exposition accrue aux toxines prénatales.1,4

La carence en acide folique s’associe à des anomalies du tube neural. Un autre module du présent site porte sur la carence en acide folique. La carence en iode est considérée par l’OMS comme la cause principale, et la plus facile à éviter, de lésions cérébrales dans le monde.15 L’iode, qui est associé aux hormones thyroïdiennes, est essentiel pour le développement du cerveau, particulièrement entre le deuxième trimestre de la grossesse et la troisième année de vie. Une grave carence s’associe à un retard intellectuel, à un retard de croissance et au crétinisme. Une étude britannique a déterminé que les enfants de huit ans étaient plus susceptibles d’obtenir des résultats plus faibles en matière de QI verbal, de niveau de lecture et de compréhension de la lecture que leurs camarades lorsque leur mère avait présenté une carence en iode légère à modérée, tout au plus, pendant le premier trimestre de leur grossesse.16 La carence en iode est un phénomène écologique dans certaines partie des pays en développement où l’érosion du sol, la perte de végétation causée par la production agricole, le surpâturage du bétail et la surcoupe d’arbres ont épuisé les sources naturelles de cet élément.16 Cependant, on peut observer la carence en iode partout dans le monde. Un autre module du présent site porte sur la carence en iode.

La malnutrition de la mère, avant et pendant la grossesse, peut nuire au poids du nourrisson à la naissance et à son développement. Quelque 20 millions de nourrissons de petit poids à la naissance (moins de 2 500 grammes) naissent chaque année, ce qui représente environ 23,8 % de toutes les naissances et qui peut atteindre 30 % dans bien des pays en développement.17 Un poids inférieur à 1 500 grammes à la naissance triple le risque de trouble du développement.1 Un module du présent site porte sur la malnutrition des populations d’immigrants et de réfugiés.

Les facteurs de risque périnatals

Les dispensateurs de soins doivent explorer les antécédents de grossesse et d’accouchement des mères qui viennent d’arriver au pays, en s’attardant sur les expériences qui peuvent nuire au développement de l’enfant. Assurez-vous d’explorer ces questions d’une manière ouverte et dénuée de jugement.

Selon la définition de l’OMS et de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, la période périnatale commence à 22 semaines de grossesse et se termine sept jours après la naissance. Dans une grande partie des pays en développement, les soins inadéquats aux femmes immigrantes et réfugiées pendant cette période critique les rendent plus vulnérables, ainsi que leur enfant, à plusieurs complications liées à la grossesse, telles que les traumatismes à l’accouchement, l’hypoxie et l’ischémie, l’hypoglycémie, l’hyperbilirubinémie et diverses infections graves.

Les complications liées à la grossesse

Dans les pays où il est difficile d’avoir accès à des soins prénatals et obstétricaux, les maladies chroniques de la mère et les complications liées à la grossesse passent souvent inaperçues. Si elles ne sont pas traitées, les affections quipeuvent contribuer à la prématurité ou à un retard du développement s’établissent comme suit :

Le diabète gestationnel s’associe à une macrosomie et à un risque de traumatisme à l’accouchement, à une hypoglycémie du nourrisson et à une mortinaissance.

  • Les troubles hypertensifs (p. ex., prééclampsie et éclampsie), qui peuvent être responsables de graves incapacités à long terme, ont une incidence plus élevée dans les pays en développement. La prééclampsie et l’éclampsie s’associent à une insuffisance placentaire et à une prématurité.
  • Les grossesses multiples entraînent plus de complications obstétricales pendant la grossesse et au moment de l’accouchement.
  • Les traumatismes à l’accouchement s’associent à une macrosomie, à l’obésité de la mère, à une présentation par le siège, à un accouchement vaginal avec intervention, à une petite taille de la mère et à des anomalies du bassin de la mère. Les graves traumatismes à l’accouchement (p. ex., hémorragie intracrânienne) sont peu courants, mais peuvent causer des troubles du développement. La plupart des lésions neurologiques aux nerfs périphériques (p. ex., des lésions du plexus brachial), mais pas toutes, se résorbent au fil du temps.

Les infections périnatales

  • Les ITS : La transmission congénitale des herpèsvirus 1 et 2 s’associe à un risque important de troubles neurologiques à long terme. De 30 % à 50 % des nourrissons nés d’une mère infectée par une gonorrhée non traitée et jusqu’à 30 % de ceux nés d’une mère infectée par un chlamydia non traité acquerront une ophtalmie néonatale qui risque de les rendre aveugles si elle n’est pas traitée rapidement. Dans le monde, on estime que de 1 000 à 4 000 nouveau-nés deviennent aveugles chaque année à cause d’une ophtalmie néonatale.10 Un autre module du présent site porte sur le dépistage des troubles de la vue chez les enfants nouvellement arrivés au pays.
  • Les infections bactériennes peuvent être transmises de la mère à l’enfant par voie transplacentaire, soit pendant la grossesse, soit par la filière pelvigénitale au moment de l’accouchement. Les infections bactériennes congénitales entraînant un sepsis et une méningite néonatals sont d’importantes causes de morbidité néonatale dans les pays en développement. Dans ces pays, on estime que de 0 à 3,06 nouveau-nés sur 1 000 naissances vivantes sont infectés par le streptocoque du groupe B (SGB)18, comparativement à 0,24 nouveau-né sur 1 000 naissances vivantes dans les pays industrialisés.19 Le SGB invasif s’associe à une invalidité à long terme, y compris les convulsions, les troubles du développement et les troubles de la vision et de l’audition.
  • Les principaux facteurs de risque de SGB à vérifier sont les antécédents de fièvre pendant le travail, un accouchement prématuré à moins de 35 semaines de grossesse, une rupture prolongéedes membranes de plus de 18 heures et une chorioamnionite de la mère.1
  • L’infection à Listeria peut être attribuable à l’ingestion, par la mère, de viande non cuite, de charcuteries et de légumes, de lait non pasteurisé ou d’aliments fabriqués à partir de lait non pasteurisé. La mère enceinte peut avoir des symptômes pseudogrippaux comme de la fièvre, des douleurs musculaires, des nausées et de la diarrhée. La transmission au fœtus provoque un sepsis et une méningite qui s’accompagnent souvent de séquelles. L’incidence d’infections à Listeria est plus élevée chez les personnes d’origine latino-américaine, à cause de la grande consommation de fromage frais.20

L’allo-immunisation fœtomaternelle

L’allo-immunisation fœtomaternelle non diagnostiquée ou non traitée s’associe à de l’anémie et à une grave hyperbilirubinémie. Elle peut entraîner des convulsions, la surdité, des retards cognitifs et une paralysie cérébrale chez les nourrissons qui survivent.

La prématurité

Tableau 1. Les dix pays qui possèdent les taux les plus élevés de naissances prématurées, 2010

Inde 3 519 100
Chine 1 172 300
Nigeria 773 600
Pakistan 748 100
Indonésie 675 700
États-Unis d’Amérique 517 400
Bangladesh 424 100
Philippines 348 900
République démocratique du Congo 341 400
Brésil 279 300

Sources : OMS. Les naissances prématurées. Aide-mémoire no 363. www.who.int/mediacentre/factsheets/fs363/fr. Blencowe H, Cousens S, Oestergaard MZ et coll. National, regional and worldwide estimates of preterm birth. The Lancet; 379(9832): 2162-72.

La prématurité (moins de 37 semaines de grossesse) est un problème mondial. Les facteurs de risque de prématurité sont les grossesses multiples, les anomalies utérines, les saignements placentaires, l’exposition aux drogues pendant la période prénatale, une maladie chronique de la mère, les troubles hypertensifs, la chorioamnionite, une rupture prolongée des membranes et une vaginose bactérienne.

L’absence de soins prénatals, la sous-vaccination et le traitement inadéquat des infections ou d’autres problèmes médicaux de la mère, y compris les infections transmises sexuellement (ITS), sont tous des facteurs qui peuvent contribuer aux troubles du développement d’un nourrisson prématuré.

On estime que 15 millions de nourrissons naissent prématurément chaque année, soit environ une naissance sur dix. Plus de 60 % de ces naissances prématurées ont lieu en Afrique et en Asie du Sud (tableau 1). Au sein même des pays, les familles les plus pauvres sont les plus vulnérables.21, 22

Le dépistage des infections pendant la grossesse

Envisagez les facteurs suivants chez la mère lorsque vous procédez au dépistage d’infections pendant la grossesse :

  • La fièvre
  • Les éruptions cutanées
  • Les douleurs abdominales
  • Les malaises généralisés
  • Les nausées accompagnées de diarrhée
  • Les sécrétions vaginales anormales
  • La dysurie
  • L’arthrite

Conclusions

Les troubles du développement peuvent être le reflet d’une constellation complexe de problèmes chez un enfant, mais particulièrement chez les nouveaux arrivants, dont l’étiologie est souvent incertaine. Il arrive que plusieurs facteurs de risque prénatals et périnatals soient en cause, coexistent et aient des effets multiples et cumulatifs sur le développement moteur et cognitif de l’enfant. Certains signes d’incapacité sont évidents dès la naissance, mais d’autres se manifestent aussi tard qu’à l’âge scolaire.

On observe des troubles du développement partout dans le monde. Cependant, le manque d’accès à des soins prénatals, obstétricaux et postnatals de qualité entraîne une morbidité importante dans les régions en développement. Les immigrants et les réfugiés sont plus vulnérables aux troubles du développement, et certains facteurs de risque sont liés à leur pays d’origine. Les dispensateurs de soins doivent être conscients des risques généraux que courent tous les nouveaux arrivants, mais également des risques propres aux patients, en raison des antécédents liés à leur famille, à leur immigration et à leur groupe ethnique.

Références

  1. Rudolph C, Rudolph A, Lister GE et coll., éd. Rudolph's Pediatrics, 22e éd. New York, NY: McGraw-Hill Professional, 2011.
  2. American Academy of Pediatrics, comité sur les enfants ayant des incapacités, 2001. Role of the pediatrician in family-centered early intervention services. Pediatrics 2011;107(5):1155-7.
  3. Centers for Disease Control and Prevention. Developmental disabilities increasing in US. http://www.cdc.gov/features/dsdev_disabilities
  4. OMS, 2012. Anomalies congénitales. Aide-mémoire no 370. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs370/fr
  5. Le Doaré K, Bland R, Newell ML. Neurodevelopment in children born to HIV-infected mothers by infection treatment status. Pediatrics 2012;130(5):e1326-44.
  6. Swanson EC, Schleiss MR. Congenital cytomegalovirus infection: New prospects for prevention and therapy. Pediatr Clin N Am 2013;60(2):335-49.
  7. Torgerson PR, Mastroiacovo P. The global burden of congenital toxoplasmosis: A systematic review. Bull World Health Organ 2013;91(7):501-8.
  8. OMS, 2013. Rubella and congenital rubella syndrome (CRS): http://www.who.int/immunization_monitoring/diseases/rubella/en
  9. OMS, 2013. Over a million pregnant women infected with syphilis worldwide. http://www.who.int/entity/reproductivehealth/topics/rtis/syphilis/pregnancy
  10. OMS, 2013. Infections sexuellement transmissibles (IST). Aide-mémoire no 110. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs110/fr/, consulté en octobre 2013
  11. Abel EL, Sokol RJ. Incidence of fetal alcohol syndrome and economic impact of FAS-related anomalies. Drug Alcohol Depend 1987;19(1):1951-70.
  12. Liu Y, McDermott S, Lawson A et coll. The relationship between mental retardation and developmental delays in children and the levels of arsenic, mercury and lead in soil samples taken near their mother’s residence during pregnancy. Int J Hyg Environ Health 2010;13(2):116-23.
  13. OMS. Toxic hazards. http://www.who.int/heli/risks/toxics/chemicals/en
  14. Eskenazi B, Marks AR, Bradman A et coll. In utero exposure to dichlorodiphenyltrichloroethane (DDT) and dichlorodiphenyldichloroethylene (DDE) and neurodevelopment among young Mexican American children. Pediatrics 2006;118(1):233-41.
  15. OMS, UNICEF, ICCIDD. Assessment of iodine deficiency disorders and monitoring their elimination: A guide for programme managers, 3e éd. Genève: OMS, 2008: http://www.who.int/nutrition/publications/micronutrients/iodine_deficiency/9789241595827/en
  16. Bath SC, Steer C, Golding J et coll. Effect of inadequate iodine intake status in UK pregnant women on cognitive outcomes in their children: Results from the Avon longitudinal study of parents and children (ALSPAC). Lancet 2013;382(9889):331-7.
  17. OMS. Feto-maternal nutrition and low birth weight. http://www.who.int/nutrition/topics/feto_maternal/en
  18. Dagnew AF, Cunnington MC, Dube Q et coll. Variation in reported group B streptococcal disease incidence in developing countries. Clin Infect Dis 2012; 55(1):91-102.
  19. Centers for Disease Control and Prevention. ABCs Report: Group B Streptococcus, 2012. http://www.cdc.gov/abcs/reports-findings/survreports/gbs12.html
  20. Latin American Center for Perinatology, Women and Reproductive Health. Perinatal infections transmitted by the mother to her infant: Educational material for health personnel. Scientific Publication-CLAP/SMR 1567.02 décembre 2008.
  21. OMS, 2012. Les naissances prématurées. Aide-mémoire no 363. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs363/fr
  22. Blencowe H, Cousens S, Oestergaard M et coll. National, regional and worldwide estimates of preterm birth rates in the year 2010 with time trends since 1990 for selected countries: A systematic analysis and implications. The Lancet 2012; 379(9832): 2162-72.

 

Éditeurs scientifiques

  • Cecilia Baxter, MD

Mise à jour : juillet 2014

http://www.enfantsneocanadiens.ca/mental-health/prenatal-risk
© 2017 Société canadienne de pédiatrie.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité | Plan du site

Les soins aux enfants néo-canadiens est une ressource destinée aux professionnels de la santé. L'information qui y figure ne remplace pas les conseils d'un médecin ni n'est indicatrice d'un seul mode de traitement ou d'intervention. Des variations peuvent convenir, compte tenu de la situation du patient.

haut de page