Guide pour les professionnels de la santé œuvrant
auprès des familles immigrantes et réfugiées

La carence en zinc

Faits saillants

  • La plupart des enfants réfugiés et issus de l’adoption internationale sont vulnérables à une carence en zinc.
  • Une carence en zinc bénigne à modérée est relativement courante dans le monde. Les carences graves sont rares.
  • Elle s’explique par une insuffisance alimentaire et une absorption réduite attribuable à une maladie. La diarrhée chronique en est la principale cause dans les pays aux ressources limitées.
  • La carence en zinc peut provoquer une perte d’appétit, un retard de croissance et une perturbation de la fonction immune. Dans les cas graves, elle peut être responsable d’une perte de cheveux, de diarrhée et d’un retard de la maturation sexuelle.
  • La carence en zinc peut être soignée à l’aide du régime alimentaire. Les enfants réfugiés et issus de l’adoption internationale devraient recevoir des multivitamines renfermant du zinc. Dans certains cas, il peut être nécessaire d’administrer des suppléments de zinc.

La prévalence

La carence en zinc bénigne à modérée est relativement courante, car elle touche jusqu’au tiers de la population mondiale. Une grave carence en zinc est rare.1

L’étiologie

La carence en zinc peut être attribuable à un apport alimentaire insuffisant, à une absorption réduite causée par la diarrhée ou un syndrome de malabsorption, à un régime riche en phytate et à une maladie hépatique ou rénale chronique. Dans les parties du monde aux ressources limitées, la diarrhée chronique (souvent d’origine parasitaire) est la principale cause de carence en zinc.2

La définition

Il n’y a pas de définition largement acceptée de la carence en zinc. Il n’est pas recommandé de doser le zinc sérique pour poser un diagnostic et sélectionner un traitement, en raison des limites qui y sont inhérentes : il ne reflète pas nécessairement le statut individuel en zinc ni ne prédit la réponse fonctionnelle individuelle aux suppléments.3

Les conséquences

Le zinc est important pour de nombreuses fonctions. Il soutient la croissance et le développement pendant la grossesse, l’enfance et l’adolescence. La carence en zinc peut contribuer à aggraver la diarrhée et la pneumonie et à accroître le taux de mortalité dans les régions du monde aux ressources limitées. La carence en zinc peut susciter une perte d’appétit, un retard de croissance et une perturbation de la fonction immune. Dans les cas les plus graves, on peut observer une perte de cheveux, de la diarrhée et un retard de la maturation sexuelle.2

Le diagnostic

La plupart des enfants réfugiés et issus de l’adoption internationale sont vulnérables à une carence en zinc. Lorsqu’il détermine la nécessité d’administrer des suppléments de zinc, le clinicien devrait tenir compte de l’occurrence de facteurs de risque et de symptômes de carence en zinc (voir le tableau 1).2


Les facteurs de risque et les symptômes de carence en zinc susceptibles d’être présents chez les jeunes nouveaux arrivants au Canada

Facteurs de risque

  • Troubles digestifs (p. ex., diarrhée chronique) et autres maladies (p. ex., drépanocytose)
  • Malnutrition
  • Régime végétarien
  • Bébés plus âgés allaités exclusivement*

Symptômes

  • Diminution de la fonction immune ou susceptibilité accrue à une pneumonie ou à d’autres infections
  • Perturbation de la guérison des plaies (p. ex., ulcères cutanés)
  • Diarrhée

*Le lait maternel fournit assez de zinc pendant les quatre à six premiers mois de vie, mais pas la quantité de zinc recommandée pour les nourrissons de sept à 12 mois.

Source : Adapté des Centers for Disease Control and Prevention. Guidelines for evaluation of the nutritional status and growth in refugee children during the domestic medical screening examination. Bethesda, MD: CDC, April 2012.


Le traitement

La carence en zinc peut être soignée grâce à des sources alimentaires quotidiennes. Les enfants réfugiés et issus de l’adoption internationale devraient recevoir une multivitamine renfermant du zinc. Dans certains cas, il peut falloir administrer des suppléments de zinc.

L’apport quotidien recommandé de zinc dans tous les groupes d’âge, y compris les nourrissons, les enfants et les adolescents, est exposé dans le site Web de Santé Canada.

Quelques ressources

Références

  1. Organisation mondiale de la santé. Rapport sur la santé dans le monde 2002 – Réduire les risques et promouvoir une vie saine. Genève, Suisse: OMS.
  2. U.S. Department of Health and Human Services, Centers for Disease Control and Prevention, National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases. Guidelines for evaluation of the nutritional status and growth in refugee children during the domestic medical screening examination. Bethesda, MD: CDC, April 2012.
  3. de Benoist B, Darnton-Hill I, Davidsson L et coll. Conclusions of the Joint WHO/UNICEF/IAEA/IZiNCG Interagency Meeting on Zinc Status Indicators. Food Nutr Bull 2007;28(3 Suppl):S480-4.

Éditeurs scientifiques

  • Anna Banerji, MD
  • Andrea Hunter, MD

Mise à jour : mai 2013

http://www.enfantsneocanadiens.ca/conditions/zinc
© 2017 Société canadienne de pédiatrie.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité | Plan du site

Les soins aux enfants néo-canadiens est une ressource destinée aux professionnels de la santé. L'information qui y figure ne remplace pas les conseils d'un médecin ni n'est indicatrice d'un seul mode de traitement ou d'intervention. Des variations peuvent convenir, compte tenu de la situation du patient.

haut de page